24 Mars – Ne pas baisser les bras, ni la garde …

Audio avec la FNCA, ce jour mardi 24, suivi d’une autre avec les animateurs de régions Sneca

On connait (chiffres arrêtés hier soir) 89 cas avérés Covid-19 parmi les salariés des CR et entités de la Branche du CA. Le Sneca leur adresse tout son soutien.
La Fédé a mis en place une Task Force avec les CR (en coordination avec la BDF) pour organiser le début de mois d’Avril dans les agences et notamment la journée du 7 avril. Cela passe par un ciblage des clients qui se déplacent, et l’étude de l’envoi de cartes LSB avec contrôle de solde (mais la poste réduit également son service qui peut nuire également à l‘envoi des chéquiers et cartes habituelles). D’autres solutions sont également à l’étude.

1er gros sujet : la gestion des absents. A ce jour l’absentéisme est de 30%, toutes causes confondues. En détail, on recense les situations suivantes :
Les collègues au travail ou télétravail : il n’y a pas de question sur leur situation
Ceux en équipe tournante (roulante) ou réserve : leur nombre n’est pas connu précisément, et pour la Fédé, leur situation par rapport au contrat de travail est floue. Pour le SNECA, c’est un vrai point à surveiller, car le cadre légal bouge sans cesse depuis 2 semaines (et ce week-end), on le voit en particulier sur les nouvelles dispositions en matière de congés payés, RTT et CET. A ce jour, c’est payé comme du temps de travail.
Les salariés en arrêt : là encore les situations sont multiples
– Garde d’enfants : 14 jours et la CPAM nous dit, renouvelables aussi longtemps que dure la fermeture des établissements… La Fédé parle de 20 j maxi… Nous voulons ses sources…
– Pathologie à risque : nouvelle liste établie fin de semaine dernière, sites CPAM et MSA
– Isolement pour suspicion, sans solution de télétravail… Ici, la Fédé doit parler des collègues sans symptômes car s’ils en ont, il s’agit probablement de la fièvre et ils sont donc arrêtés médicalement) …Cette catégorie est très hétérogène car le traitement des cas « contact » a été différent, dans le temps (confinement systématique au début, moins maintenant) et dans l’espace (positions différentes d’une CR à l’autre)
– Les salariés en arrêt de travail « maladie » au sens traditionnel du terme
Pour rappel, la loi prévoit une indemnisation maximum théorique à hauteur de 90% du salaire brut, et notre Convention collective (art 23) prévoit un maintien du salaire, dans sa définition conventionnelle à hauteur de 100% pour les arrêts maladie médicalement constatés…
La Fédé commence à douter de l’application de cet article pour certains arrêts… Ce sera un gros débat des prochains jours. Pour Mars, ce sera payé à 100%. Quid sur Avril ? A suivre…

2ème gros sujet : la gestion des congés et AJC (RTT dans le langage commun). Après les diverses publications de ce WE, que peut-il se passer en Caisse régionale ?
Rappel préalable de la loi : l’entreprise ne peut forcer des salariés à poser des jours de congés payés. Un salarié qui a posé des congés payés ne peut les annuler sans l’accord de son employeur.

Avec la nouvelle loi et ses décrets : sur accord de branche ou local, possibilité pour l’employeur d’imposer à un salarié de poser 6 jours de CP, et de façon unilatérale possibilité pour l’employeur d’obliger un salarié de prendre des RTT voire CET

Message de la FNCA, que nous partageons : On ne connait pas les modalités d’application : cela concerne-t-il tous les salariés, ou seulement ceux en réserve ? Les congés payés déjà planifiés rentrent-ils dans le compteur des 6 j ou pas, de combien de RTT parle-t-on, ceux acquis pendant la période de l’état d’urgence ou tous ceux de l’année ? comment agir sur le CET ? Autant de questions sans réponses aujourd’hui.
Pour le SNECA, il faut attendre d’avoir tous ces détails (au travers de décrets d’application par ex) avant d’entreprendre toute négociation sur ce sujet, et nous voulons passer par un accord de branche C’est une consigne forte que nous envoyons à nos sections.

SUJETS COMPLEMENTAIRES ET AUTRES INFOS :
Le Sneca a demandé la généralisation des rotations d’équipes, sur les sièges et les réseaux, sans contact, avec cloisonnement étanche (on ne passe pas de l’équipe A à l’équipe B, même au motif que l’équipe B est en nombre insuffisant), et avec désinfection des locaux entre équipe. Nous sommes seuls à penser que 14 j sont nécessaires pour détecter une éventuelle contamination, puisque toutes les CR se rangent à la norme des 7 j. Nous espérons avoir tort…
De même, il existe encore des équipes présentes sur les sites administratifs, non considérées comme essentielles, pour lesquelles le télétravail n’est pas encore disponible, mais surtout dont la charge de travail a fortement baissé (par ex : CRM – Réclamations – SAI – Audit – conformité Entrée en relations – facturation/tarifications – UGP Pacifica…sans que la liste ne soit exhaustive). Inutile de les faire pointer en CR… Il est étrange de constater que le recensement de ces populations « non essentielles » n’aurait pas été fait partout…

Le Sneca a fait un rappel : Le télétravail n’est pas une option à la main des directions, c’est une norme, et la charge de la preuve repose sur l’entreprise… attention cependant aux télétravailleurs de ne pas déborder le soir ou le weekend…

Coté CATS et CAGIP, les équipes sont sur le pont à plein temps de la semaine pour livrer les outils et les canaux… les CR non basculées dans Windows 10 poseraient des soucis. Sur le temps de travail, des accords rétro actifs seront à finaliser…
Toujours rien sur la caisse de sécu des CR Outre-mer, la personne en charge du dossier à la Fédé ne s’est pas saisie du dossier, mais demain promis…
Le Sneca porte l’idée d’une réponse unique pour le groupe à ses clients professionnels et entreprises, la Fédé partage et nous avons bon espoir. De plus, la question des emprunteurs particuliers a été également soulevée
Le SNECA, et tous ses militants, adresse un réel message de soutien à l’ensemble des salariés du CA.
Prochaine audio FNCA, jeudi 26 mars à 14 h