Les dirigeants de BNP Paribas, de la Société Générale et de Natixis ont vu leurs salaires fixes inchangés pour 2018 et leurs rémunérations variables baisser.

Philippe Brassac est l’exception qui confirme la règle. Le directeur général de Crédit Agricole SA (CASA) s’est vu attribuer au titre de 2018 un salaire fixe et un bonus en hausse, alors que les rémunérations fixes des patrons des trois autres principales banques françaises sont restées inchangées et que leurs parts variables ont baissé. Selon le document de référence de CASA, Philippe Brassac percevra au titre de 2018 un salaire fixe de 1.025.269 euros, en hausse de 13,9% par rapport à l’année précédente, et une rémunération variable de 346.740 euros, en augmentation de 10,9%. Au total, une rémunération de 2.214.767 euros sera versée au patron de CASA au titre de 2018, en progression de 9,6% par rapport à 2017. Il faut dire qu’à 4,4 milliards d’euros en 2018, le bénéfice net de CASA a dépassé les 4,2 milliards visés par la banque pour 2019.

Cliquez ici