En passe d’être reconduit pour un nouveau mandat de quatre ans, celui qui dirige la Société générale depuis 2008 préside une banque de plus en plus carbonisée.

La scène a marqué au sein de la Société générale (SG), et pas seulement parce qu’elle s’est déroulée le lendemain de l’incendie de Notre-Dame. Le 16 avril, la banque réunissait à Gennevilliers (Hauts-de-Seine) plus d’un millier de cadres pour sa grand-messe interne annuelle, baptisée « journée des ambassadeurs ». Un « must ».

Sauf que cette année, d’après plusieurs personnes présentes, un bon tiers des participants se sont éclipsés avant la séance rituelle de questions-réponses avec Frédéric Oudéa, le directeur général. « Dans un groupe aussi légitimiste, c’est du jamais-vu », s’étonne un habitué.

Cliquez ici