Les banques européennes sont en pleine cure d’amaigrissement. Après le vaste  plan de restructuration annoncé cet été par Deutsche Bank , et les suppressions de postes  programmées à la Société Générale , c’est au tour de HSBC de réfléchir à une fonte de ses effectifs, qui pourrait être radicale : la banque sino-britannique pourrait, selon le « Financial Times », supprimer jusqu’à 10.000 postes supplémentaires, sur les 238.000 qu’elle comptait à la fin juin.

C’est le nouveau patron de la banque, Noel Quinn, qui a lancé le chantier. Il travaille sur ce projet depuis son arrivée début août, avec le directeur financier Ewen Stevenson, qui s’était illustré par la réduction drastique des coûts réalisée chez Royal Bank of Scotland, lorsqu’il y occupait le même poste.

Cliquez ici