Le CM Alliance Fédérale, principale composante du groupe mutualiste, a vu son bénéfice semestriel fondre de moitié sous l’effet de l’augmentation du coût du risque sur les crédits.

Première grande banque française à publier ses résultats semestriels, le Crédit Mutuel Alliance Fédérale a annoncé hier soir des profits divisés par deux sous l’effet de la crise sanitaire. Le résultat net de la principale entité du Crédit Mutuel a diminué de 47,7% à fin juin, à 857 millions d’euros. Ce recul s’explique par un bond de 584 millions d’euros des provisions pour créances douteuses, qui atteignent 1,05 milliard d’euros à fin juin. Une partie, 119 millions, correspond à des pertes avérées sur des crédits, et 489 millions à des risques d’impayés futurs, en application de la norme comptable IFRS9. «Nous avons joué sur notre perception des scénarios à venir, des dotations aux secteurs les plus vulnérables (tourisme, transport… ndlr) et des dépréciations dans les financements d’actifs», détaille Nicolas Théry, président du Crédit Mutuel Alliance Fédérale.

Cliquez ici