Face à la crise du coronavirus, les banques ont dû réorganiser le travail des conseillers de clientèle. Avec des disparités selon les établissements.

Isabelle*, conseillère clientèle professionnelle dans une agence CIC du Sud-Est de la France, s’est sentie « un peu perdue » le 17 mars, au lendemain de l’annonce par le président de la République des mesures de confinement en France. « Nous avons travaillé rideau fermé, sans contact avec le public. On nous avait dit que nous recevrions des ordinateurs portables dans les prochains jours pour télétravailler », raconte-t-elle. A présent, « nous sommes divisés en deux équipes qui se relaient sur une période de 15 jours. Les ordinateurs arrivent au compte-gouttes. Difficile donc pour le télétravail ». Dans son agence LCL en Normandie, Alain a pris les mêmes dispositions. « Dès le 17 mars, nous avons fermé l’agence et filtré les entrées avec du scotch par terre pour éviter une file trop serrée, dit-il. Il a fallu faire face à des réactions de panique, comme ce client qui voulait retirer 19.000 euros sous 24 heures. » Depuis une semaine, « des masques et des gants ont été livrés et des plaques de plexiglas installées pour les accueils. Des agences ont été regroupées avec une rotation des équipes », précise ce conseiller.

Cliquez ici