BNP Paribas et la Société Générale, qui publient leurs résultats du premier trimestre en fin de semaine, pourraient décevoir dans la banque de détail et dans la BFI.

Les banques françaises vont à leur tour passer l’exercice de la publication des résultats trimestriels. BNP Paribas et la Société Générale ouvrent le bal cette semaine, en dévoilant respectivement jeudi et vendredi leurs comptes du premier trimestre 2019, avant Natixis (jeudi 9 mai) et Casa (mercredi 15 mai), les véhicules cotés des groupes BPCE et Crédit Agricole. Alors que la performance des banques d’investissement promet d’être maussade, les résultats des banques de détail pourraient également envoyer des signaux mitigés.

A l’instar de l’année 2018, BNP Paribas pourrait certes continuer d’afficher un effet ciseau positif, notamment sur le marché français. En 2018, le produit net bancaire (PNB) de la banque de détail y avait ainsi baissé de 0,7%, quand les frais de gestion s’étaient repliés de 1%. Un phénomène qui traduit une activité commerciale dynamique, à l’image de la production de crédit, en hausse de 5,4% sur un an, dont l’élan sera néanmoins scruté par les observateurs. En février dernier, lors de la présentation des résultats annuels, Philippe Bordenave, directeur général délégué de BNP Paribas, avait regretté un «environnement de croissance économique (…) un peu moins bon que prévu».

Cliquez ici