Le secteur bancaire en zone euro souffre de « faibles perspectives de rentabilité » aggravées par la persistance de taux d’intérêt au plus bas, a déclaré lundi le vice-président de la Banque centrale européenne, faisant écho au discours entendu dans le secteur privé.

« Le récent ralentissement des perspectives de croissance macroéconomique et le contexte associé de taux d’intérêt restant bas pour longtemps sont susceptibles de peser encore sur les perspectives de rentabilité » des banques, a déclaré à Francfort Luis de Guindos, en ouverture d’un congrès sur la finance.

La BCE a abaissé ses taux en septembre, portant notamment celui sur les réserves excédentaires des banques à -0,50%, tout en prévoyant un palier pour en atténuer les effets, et décidé de relancer les très controversés rachats de dettes sur le marché. Le tout pour soutenir l’économie et encourager la distribution de crédit.

« Les analystes de marché s’inquiètent » eux du ralentissement de la rentabilité des établissements de crédit en zone euro en raison de « l’impact négatif de la politique monétaire sur les marges nettes d’intérêt », c’est à dire ce que les banques gagnent en plus de leur coût de refinancement, a reconnu Luis de Guindos.

Cliquez ici